• Nivelles Entreprises

Nouveaux rounds d’indemnités covid en Wallonie


Quatre mécanismes de soutien viennent d’être annoncés : secteurs fermés, secteur hôtelier, BtoB et autres secteurs spécifiques sont visés. Une prolongation des aides qui va dans le bon sens.

C’est sans nul doute l’engagement qu’UCM attendait avec le plus d’impatience : venir en aide aux fournisseurs des secteurs toujours à l’arrêt. L’ensemble du gouvernement wallon a marqué son accord sur le principe.

On l’a demandé, on a argumenté, on l’a répété et c’est maintenant une promesse forte : le ministre de l’Économie s’engage à proposer une indemnité en ce sens à ses collègues.

Celle-ci tiendra compte du lien de l’activité avec les secteurs fermés, des charges fixes, et de la perte de chiffre d’affaires subie. En un mot : une aide mieux adaptée à la réalité du terrain.

UCM précise : il est primordial que le gouvernement décide de se baser sur une perte de chiffre d’affaires similaire à celle nécessaire à l’obtention du droit passerelle 2021 (ndlr : 40 %). Faute de quoi les entrepreneurs ne s’y retrouveront plus dans des systèmes déjà trop complexes et éparpillés.

Indemnité à destination des secteurs toujours fermés

Les activités suivantes sont éligibles : centres et villages de vacances (55.202), terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs (55.300), restauration à service complet (56.101), restauration à service restreint (56.102), services des traiteurs (56.210), cafés et bars (56.301), discothèques dancings et similaires (56.302), autres débits de boissons (56.309), projection de films cinématographiques (59.140), organisation de salons professionnels et de congrès (82.300), enseignement de disciplines sportives et d’activités de loisirs (85.510), enseignement culturel (85.520), enseignement de la conduite d’aéronefs et de bateaux (85.532), promotion et organisation de spectacles vivants (90.021), gestion de salles de théâtre de concerts et similaires (90.041), gestion de centres culturels et de salles multifonctionnelles à vocation culturelle (90.042), gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires (91.030), gestion des jardins botaniques et zoologiques (91.041), gestion d’installations sportives (93.110), activités des clubs de sport (93.121 à 129), activités des centres de culture physique (93.130), autres activités sportives (93.199), activités foraines (93.211), activités des parcs d’attraction et des parcs à thèmes (93.212), exploitation de salles de billard et de snooker (93.291), exploitation de domaines récréatifs (93.292), autres activités récréatives et de loisirs (93.299), coiffure (96.021), soins de beauté (96.022), entretien corporel (96.040), services de tatouage et de piercing (96.092).

Quelques oublis sont néanmoins à déplorer, parmi lesquels : les organisations de jeux de hasard et d’argent, et la production photographique.

Ils recevront de 4.000 à 12.000 € pour ceux qui sont fermés depuis le 19 octobre, de 3.250 à 9.750 € pour ceux qui sont fermés depuis le 2 novembre. Une meilleure proportionnalité du montant des aides à la durée de fermeture imposée : ici aussi, les équipes Lobby d’UCM ont été entendues.

Nous continuerons également à demander que des indemnités soient reconduites et versées mensuellement pour autant que durent les fermetures.

Le montant accordé sera caclulé en fonction du nombre d’équivalents temps-plein :

  • 0 ETP : 3.250 € (fermé au 02/11) ou 4.000€ (fermé au 19/10)

  • 1-4 ETP : 5.500 € (fermé au 02/11) ou 6.500€ (fermé au 19/10)

  • 5-9 ETP : 7.500 € (fermé au 02/11) ou 9.500€ (fermé au 19/10)

  • 10 ETP et plus : 9.750 € (fermé au 02/11) ou 12.000€ (fermé au 19/10)

Indemnité à destination du secteur hôtelier

Les indépendants et entreprises actives à titre principal dans le secteur hôtelier (code NACE 55.100) auront droit à une indemnité de 1.000 € par chambre.

Il s’agit donc d’un forfait qui tient compte de la taille des établissements et tente d’amoindrir l’impact de la crise sur l’économie touristique.

Fonds pour certains secteurs spécifiques

Des fonds seront dégagés pour les activités qui ne rentrent pas en ligne de compte dans les trois mécanismes précités. Comme par exemple les agences de voyage.

Les modalités sont en voie de finalisation et UCM, comme à son habitude, reste sur le pont pour vous tenir informés.


Source : UCM Voice

Publication réalisée en collaboration avec notre membre UCM Bw

© Daphnée Sior

13 vues0 commentaire